Sommes-nous à notre place dans cette société ? Sommes-nous acceptés tel que nous sommes réellement ?

Pouvons-nous exprimer nos idées sans filtre ?

Sommes-nous capables de réaliser nos rêves ?

Avons-nous vraiment nos propres rêves ?

Avons-nous envie de nous exprimer ?

Nous acceptons-nous nous-même ?

Nous sentons-nous écoutés ?

Nous sentons-nous accomplis ?

Sommes-nous compris ?

Nous sentons-nous légitimes dans la place que nous occupons sur la planète ?

Quelles sont les limites que nous nous imposons ?

 

On a tous des choses à dire et à revendiquer. Dans une société qui se dit démocratique, où a-t-on vraiment l'occasion de s'exprimer ? Les réseaux sociaux sont un peu comme la cafétéria d'un espace de travail. Les gens sont ensemble sans s'écouter vraiment, chacun postant sa publication ou émettant son avis sans que les autres y prêtent une quelconque attention. Et le jugement, on en parle ? Peur de dire quelque chose de déplacé qui ne plaira pas forcément ou qui pourrait être mal interprété. Donc, la réaction à peu près universelle est de se lisser un maximum pour entrer dans le moule de Madame ou Monsieur Standard. Moi, je suis convaincue que chaque personne a beaucoup plus de potentiel que ce qu'elle veut bien (faire) croire. 

La quête de liberté existe depuis toujours. Avant tout, le premier à se priver de liberté, c’est soi-même. On s’emprisonne avec des obligations, des emplois du temps pleins à craquer, des crédits, des emplois que l’on n’aime pas. Pourquoi ? pour pouvoir s’offrir ce que l’on croit être le bonheur. Des voyages pour seulement quatre semaines de vacances par année, une belle voiture, une maison, un abonnement dans un fitness, du shopping. Mais pour avoir accès à ceci, il faut travailler et le travail, c’est dur. Enfin,… ça c’est ce que la société capitaliste veut faire croire. Qui a dit que travailler était éprouvant et difficile ? Ça l’est juste parce qu’on ne fait pas le métier qui nous plait, simplement. Un jour, j’ai demandé à une amie quel serait le métier de ses rêves. Elle m’a répondu « testeuse d’hôtels de luxe » en rigolant et en me disant que ce métier n’existait pas. Et pourquoi donc ? Parce que personne ne l’avait encore inventé. Je suis convaincue qu’on ne peut pas se sentir libre en se calquant sur la vie d’un autre ou en adoptant une attitude universelle. Aujourd’hui, être authentique, s’affirmer et être heureux est une forme de liberté et de réussite. Peu sont ceux qui peuvent prétendre honnêtement être ce tout.

We all have things to say and to claim. In a society that claims to be democratic, where do we really have the opportunity to express ourselves ? Social networks are a bit like the break room of a workspace. People are together without really listening to each other, each posting his publication or issuing his opinion without the others paying any attention to it. And the judgment, are we talking about it ? Afraid to say something inappropriate that will not please or that could be misinterpreted. So, the almost universal reaction is to smooth a maximum to enter the mold of Mrs. or Mr. Everyone. I am convinced that each person has much more potential than what she wants to believe.

 

The quest for freedom has always existed. Above all, the first to deprive oneself of freedom is itself. We are imprisoned with obligations, crammed schedules, credits, jobs we don't like. Why ? to be able to afford what is believed to be happiness. Trips for only four weeks of vacation a year, a nice car, a house, a membership in a fitness, shopping. But to have access to this, you have to work and the work is hard. Well, that's what capitalist society wants to make people believe. Who said that working was difficult and cruel ? It's just because we don't do the job we like, simply. One day, I asked a friend what would be the ideal job for her. She answered me "Tester of luxury hotels" laughing and telling me that this job didn't exist. Why, then ? Because no one had invented it yet. I am convinced that one can't feel free by modeling one's life or adopting a universal attitude. Today, being authentic, asserting yourself and being happy is a form of freedom and success. Few can honestly claim to be this all.

PARTICIPEZ AU PROJET

L’idée, c’est de partager cette recherche de la liberté. Je veux connaître votre message, vos idées, ce que vous souhaiteriez changer pour accéder au meilleur de vous-même et surtout, je voudrais le partager.

En changeant, le temps d’une photo, vos vêtements contre des couches de peintures* vous faites corps avec la toile et vous vous immergez dans les couleurs. 

À travers cette action, vous vivez une expérimentation hors du commun qui vous permet de prendre du recul sur certaines valeurs et délivrer votre propre message de liberté. Avec accord de votre part, votre message sera relaté publiquement lors d’une grande exposition artistique.

 

 

Pour participer au projet ou pour toutes autres questions y relatives, contactez-moi ici 

 

 

*Je travaille avec des peintures professionnelles de bodypainting, hypoallergéniques et inoffensives. 

 

ADHERING TO THE PROJECT 

 

The idea is to share this search for freedom. I want to know your message, your ideas, what you would like to change to access the best of yourself and above all, I would like to share it. By changing, the time of a photography, your clothes against layers of paints * you become one with the canvas and you immerse yourself in the colors.

 

Through this action, you live an extraordinary experiment that allows you to take a step back on certain values ​​and deliver your own message of freedom. With your agreement, your message will be publicly reported at a major art exhibition.

 

 

 

To participate in the project or for any other related questions, contact me here

 

 

* I work with professional paints of bodypainting, hypoallergenic and harmless.